Les nouveautés livres

Nos derniers livres publiés

Etude sur le patois créole mauricien

Auteur : M. Charles BAISSAC

170 pages - ISBN : 978-2-918525-60-8

15 €

Quand il referme le livre de M. Charles BAISSAC, un lecteur réunionnais ne sait pas trop quel sentiment prédomine chez lui. Doit-il admirer l’érudition de l’auteur qui est capable de remonter jusqu’à l’écriture de Montaigne, comme d’analyser l’intégration des mots arabes dans le français avec l’article « al » en position de prothèse ou de réfléchir sur la syntaxe anglaise pour en retrouver les traces dans la construction de la phrase en créole mauricien ? Doit-il regretter les jugements sans concession et flirtant souvent avec le dénigrement volontairement agressif lorsque l’auteur évoque le créole qui n’est « ni une langue, ni un dialecte » semble inapte à « porter une littérature » tellement il est « puéril » et incapable de s’élever jusqu’à certaines abstractions. Pour Baissac « le créole ne se parle et ne s’écrit pas ». Pire que ça « il n’a mission de desservir que les plus humbles besoins de la vie ». Le lecteur doit-il plus encore déplorer une attitude frisant le rejet des Malbars et des Noirs en général, une xénophobie anti indienne que l’on retrouve dans les pages suivantes : « 300 000 coolies devaient au moins faire du pays le plus salubre de la mer des Indes, la terre d’élection de toutes les pestes asiatiques ». Et que dire de l’extrait suivant que l’auteur ne refuse pas de traduire en français : « Le langage créole même ne résonne pas comme autrefois. Ce sont les Malabars qui sont la cause de ça : ils ont fourré partout leur parler de martins. (…) l’eau même est pourrie par leurs capras. Ces gens-là nous mangent. Encore ! Un peuple de rien, un peuple de tripes… »

Cependant, il faut noter que le livre a été écrit au XIXème siècle et publié en 1880. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts mauriciens. Aujourd’hui, M. Baissac écrirait-il les mêmes lignes ? En tout cas, son livre nous permet, à nous Réunionnais du XXIème siècle de mesurer le chemin parcouru pour la nôtre de langue créole. Il nous donne un aperçu de l’état où celle-ci était il y a un peu plus de cent ans et l’occasion de comprendre par quelles étapes est passée notre langue maternelle avant d’être reconnue comme langue de France, avant de trouver sa place dans l’enseignement, avant de se revendiquer langue d’une littérature.

Ce livre nous amène à remettre en cause l’affirmation selon laquelle le créole bourbonnais serait le grand frère de la langue mauricienne. S’il y a entre nos créoles des liens de parenté, l’étude de M. Baissac nous révèle plutôt une influence réciproque, chaque idiome apportant à l’autre son originalité et sa créativité. La richesse de cette réflexion sur la grammaire du créole mauricien (article, pronoms, verbe et conjugaison…) et sur le patrimoine immatériel de l’île sœur (sirandanes, proverbes, expressions imagées…) ne peut laisser indifférente toute personne intéressée par les langues créoles.

A lire absolument, la tête froide.

Daniel Honoré